SDM v1, v2 et v3

Le livre blanc Understanding the SDM to SML Evolution part des origines de SDM au sein de Microsoft Research (SDM v1) puis décrit la place de SDM dans les produits Microsoft disponibles aujourd'hui (SDM v2 : Visual Studio Team System et System Center) pour conclure avec les évolutions prévues avec SDM v3 (SML) et son utilisation au sein des futures serveurs Windows : LongHorn Server

Ajoutons à ce document, qu'afin d'assurer l'interopérabilité de leurs implémentations des spécifications SML et SML-IF, les équipes produits Microsoft rencontrent les autres acteurs lors de séances de travail dédiées SML Interop Workshop.

De SML à la CMDB

L'ensemble de l'administration de la version à venir de LongHorn Server s'appuiera sur un gestionnaire de modèle SDM.
Le modèle permettra de manipuler les possiblités de configuration de l'OS à un niveau Modules plutôt que Composants élémentaires : les tâches d'administration du serveur seront ainsi déduites et orchestrées grâce à l'exploitation du modèle SDM de plus haut niveau.

Plus intéressant encore, on apprend que le gestionnaire de modèle SDM non persistant dans un premier temps deviendra persistant dans sa version suivante.
Cela revient à dire que nous bénéficierons d'un service technique de description de la configuration, bref d'une CMDB, au niveau de l'OS local.
Cette CMDB locale pourra être interrogée de façon dynamique pour participer à une CMDB globale de niveau de l'entreprise.
Cette approche dynamique est en rupture avec l'architecture des CMDB traditionnelles qui reposent en effet sur des référentiels alimentés par des mécanismes de synchronisation.

Ainsi, les CMDB vont progressivement s'organiser autour de :

  • référentiels statiques : synchronisés avec les différents produits de Management, Installation, Help Desk... présents au sein des entreprises
  • et de référentiels dynamiques : requêtés à la demande, et disposant d'informations beaucoup plus pertinentes puisque correspondant à l'état courant des systèmes.


Conclusion

Le format SML participent à la course dans laquelle les grands éditeurs se sont lancés pour proposer des plate-formes distribuées, hétérogènes et robustes. Cette évolution stratégique des infrastructures (vers un modèle dynamique) passe par la mise en place de référentiels (CMDB), de modèles (SML), de protocoles (WS-*), d'outils de modélisation (VSTS for Software Architects, Eclipse Cosmos) et la généralisation des infrastructures virtualisées.

Afin de s'inscrire dans le long terme, Microsoft a mis à jour les critères communs (CER FY08) des équipes produit. Pour les applications livrées à partir du 1er juillet 2007, le standard SML sera désormais systématisé pour consolider l'état de santé des serveurs.